Dans les forêts de Sibérie

Ceux qui auront lu et aimé « Dans les forêts de Sibérie », le récit autobiographique de Sylvain Tesson, apprécieront certainement le film reportage de Tesson qui est sa perception, sa philosophie de vie, sur les rives du lac.
J’aime tout dans ces instants de vie, de lecture, de solitude, de description de la nature qui l’entoure, de pensées; j’aime tout, mise à part la dérive qui découle de la bouteille de vodka et des volutes de fumée des cigares.
A la rigueur, je glisserais dans mes bagages, entre les divers bouquins, une bouteille d’un bon rhum, mais je ne pense pas dériver dans ces méandres alcooliques et plein de fumée comme lui… enfin je crois 😉
Je n’ai jamais vécu longtemps dans une cabane, perdue avec moi même dans ces conditions là, donc je ne peux affirmer et je laisse à chacun ses dérives et délires.
Je trouverai bien les miens si je me retrouve dans cette cabane.
Peut être seront-ils pire que les dérives de Tesson…

Voilà le documentaire télévisé de son aventure :

Dans les forêts de Sibérie, le film de Tesson

****

J’ai été vraiment déçu par le film récemment tiré de son récit.
Surtout, ne vous arrêtez pas à mon avis, car j’ai en tête le livre que j’avais vraiment bien aimé lire, ici où là, au détour d’un chemin ou au pied d’un arbre.
Se retrouver dans ses pensées et ce qu’il a vécu au bord du Baïkal m’avait vraiment plu et emmené dans un ailleurs qui m’attire, où la vie en pleine nature est le point central d’un face à face avec ses pensées.
Là, le film a comme ligne conductrice, un homme qui va vivre un certain temps au bord du Baïkal, ayant des pensées bien loin de la philosophie à laquelle je m’attendais.
Pensant retrouver ce que j’avais perçu dans la lecture des forêts de Sibérie, il est normal que cette adaptation ne m’emballe pas.
Tesson a donné comme directive justement, pour que le spectateur ne s’ennuie pas, de ne pas suivre à la lettre son récit en « enlevant » de la solitude.
Je ne suis pas le spectateur idéal puisque je suis du genre à ne pas m’ennuyer seule au milieu de nulle part ayant comme seule compagnie la nature et mes pensées.
Je ne m’ennuie pas non plus lorsque je suis bien accompagnée 😉
Si vous n’avez jamais lu le livre, vous aurez un autre regard que le mien.
Vous aurez un regard neuf sans aucune ébauche dans la tête, alors, peut être aimerez vous ce film.
La critique du film est bien meilleure que ce que je pense et je ressens, donc à vous de voir, de vous faire une idée.
Bon voyage à vous et belles bouffées de grand air, au son d’Ibrahim Maalouf, sur les rives du Baïkal.

Le film :

Dans les forêts de Sibérie. Film 2016 Safy Nebbou

 

****

Publicités