Pulmonaires

N’est-ce pas à nu que l’on découvre l’être véritable?
La nature nous offre la chance d’observer les arbres dans leur plus simple appareil l’hiver.
A chaque fois que je pose mon regard sur un, je vois un système respiratoire et la beauté complexe d’un pilier de la nature.
L’hiver, l’arbre dégage un mélange de force, d’être bien structuré, contrastant avec une fragilité indéniable.
L’été, une fois son feuillage revêtu, comme beaucoup d’humains, il dissimule sa structure originelle sous un panache qui change son apparence. Il est beau, majestueux et ce panache n’est en rien source de coquetterie.
Il est source de vie. Il a même la faculté de changer l’apparence de la Terre.
Le connaître nu permet de l’apprécier dans sa totalité.
J’imagine la vie qui circule en lui, qui le nourrit, tout comme celle qu’il redistribue. Ses blessures sont apparentes, laissent des traces physiques. Il porte les stigmates du temps, des aléas mais livre un combat constant pour vivre, pour permettre de vivre.
Ce qui l’a fragilisé un jour en fait sa force d’aujourd’hui.
L’arbre, purificateur, nourricier, asile, il est une bouffée d’air. Il est ma bouffée d’air.

 

****

 

1-Attirance

 

****

 

2- Les gardiens de l’enfer

 

****

 

 

 

3-Gardes cime

 

 

****

 

 

 

4- Doit

 

****

 

5- Chemin

 

****

6- Système respiratoire

 

****

 

7- Regard

 

****

 

 

Publicités