Empreintes

Emprunter un chemin. Voilà un terme plus vrai que jamais.
Ce matin, c’est sur un chemin vierge de traces que je fais les miennes. J’avance dans l’immaculé.
Devant moi, un blanc uniforme cerné par les épicéas. Je m’arrête et me retourne. A cet instant, je découvre combien j’ai « emprunté » le chemin. De gros trous marquent ce qui était une étendue harmonieuse.
Je n’ai pas envie de ça. J’ai envie de lisse, de douceur, de pureté, alors c’est devant que je regarde et j’oublie toutes ces traces laissées derrière moi.
C’est un peu comme si je laissais derrière moi toutes ces choses qui, bien qu’elles soient glissées tout au fond de mes pensées, arrivent à resurgir.
Avec ordre, le beau, le bon, le pétillant sont toujours bien en avant dans ma vision du monde. A croire qu’il existe un malin qui tente de temps à autres à ouvrir des tiroirs difficiles à coulisser, d’où arrivent à s’échapper des pensées qui assombrissent celles qui illuminent ma vie.
Ce matin, le décor blanc, lisse et beau était celui qui repoussait ces tiroirs entrouverts, enfermant tout ce qui pouvait « emprunter » le beau de la vie.
Plus j’avançais, plus je me concentrais pour trouver ce rythme que j’aime tant, celui qui règle la respiration en adéquation avec l’effort, et plus je sentais le bonheur m’envahir.
Au départ, j’établissais un équilibre entre la contemplation, la réflexion et l’effort. J’évoluais dans un bel endroit, la neige était lourde et difficile alors je me mis à penser pour alléger cette contrainte qui tiraillait mes muscles.
Je me demandais pourquoi la majorité des gens se plaignaient tout le temps? Pourquoi mettaient-ils en avant ce qui n’était pas positif dans leur vie?
Peut-être cela vient-il de notre éducation. Personne n’apprend à l’école à mettre en avant le bon. Il n’y a pas de cours de « positivité ». Il n’y a pas non plus de cours de « négativité », mais l’humain a peut-être la faculté de voir ce qui ne va pas au lieu de voir en premier tout ce qui va 😉
Des choses existent ou se profilent dans ma vie, changent et n’optent pas forcément pour un déroulement qui me convient, mais combien d’autres choses sont merveilleuses si j’y prête attention!!
C’est donc voyant tout le beau que j’avançais ce matin là dans la neige, respirant à fond pour que mon être soit empli de positivité. Que la vie est belle!!
Le froid ne m’incite pas à m’arrêter ou à retirer mes gants, c’est pourquoi je n’ai fait que peu de pauses photos, mais assez pour donner une idée de l’instant et de partager un peu ensemble 🙂

1- Douceur dans la brume
2- Hautes, hautes les cimes
3- Avancée vers le Soleil
4- Repère

La vie c’est comme une bicyclette. Il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. Albert Einstein.

Si vous vivez un moment difficile, ne blâmez pas la vie. Vous êtes juste en train de devenir plus fort. Gandhi

Le bonheur n’est pas toujours dans un ciel éternellement bleu, mais dans les choses les plus simples de la vie. Confucius